Intervention (1/3) Conseil municipal de Besançon du 29/02/2016

Débat d’orientations budgétaires

« Lorsqu’on est installé depuis trop longtemps, renouveler ses idées prend du temps »

Les orientations budgétaires sont sans surprise dans la continuité de ce que vous avez déjà proposé aux Bisontins.
Seulement avec cette logique et les baisses de dotations, inéluctablement, vous avez aujourd’hui et vous aurez dans les années à venir de plus en plus de difficultés à boucler votre budget.

Je vais prendre 2 exemples :

La mutualisation ville/agglomération, qui devrait améliorer l’efficacité et réaliser des économies d’échelle. Elle a produit exactement les effets contraires : hausse de la fiscalité sur l’agglomération et aucune baisse de fiscalité à Besançon. N’est-ce pas là le signe d’une méthode qui ne fonctionne pas ?

Concernant l’éducation et la réforme des rythmes scolaires.
Rappelons tout de même que l’aveuglement idéologique de M. Peillon puis de Mme Vallaud Belkacem coute chaque année aux communes françaises, la modique somme de 600 millions d’euros pour un effet quasi nul. A Besançon, ce sont plus d’ 1 300 000 € pour cette garderie améliorée.

A ce jour, même si au travers de l’association des maires des grandes villes de France, j’ai pu lire une déclaration dans laquelle enfin vous vous questionnez sur les bénéfices de cette réforme, vous avez toujours, au sein de ce conseil municipal, persisté à ignorer la vision différente que M Fagaut, Mme Peseux ou moi avons déjà développé.

Je comprends que lorsqu’on est installé depuis trop longtemps, renouveler ses idées prend du temps. On dit que la pédagogie, c’est l’art de la répétition. Alors je continuerai tout au long du mandat à répéter que nous n’avons pas le choix de faire différemment.

Je ne perds pas espoir un jour d’être entendu.

Laisser un commentaire

*
*