Lettre ouverte aux habitants
de la 1ère circonscription du Doubs

Besançon, le 4 février 2017

  Mesdames, Messieurs,

J’ai décidé d’annoncer ce jour ma candidature aux élections législatives dans la 1ère circonscription du Doubs.

Mon engagement permanent à vos côtés, ma connaissance des dossiers, la transparence avec lesquels j’informe et je rends compte de mon action pour défendre les intérêts des Bisontins et des Grands Bisontins sont ma marque de fabrique.

J’ai grandi en milieu rural à Roulans, pour ensuite emménager dès l’adolescence à Besançon (Saint-Ferjeux, Montrapon, Saint-Claude) ; J’ai travaillé huit ans dans le quartier de Planoise. Depuis, mon métier me fait parcourir ville et villages, rencontrer l’ensemble des habitants de la circonscription, des quartiers urbains de Besançon jusqu’au secteur rural, de Miserey jusqu’à Saint-Vit.

Je suis fier d’appartenir à cette génération qui ne se résoudra jamais à rester spectatrice du triste spectacle que nous offre la vie politique. Et c’est avec cette force et cette volonté que je souhaite porter la voix des citoyens et influer sur le débat national.

Aujourd’hui, nous assistons, impuissants, à la faillite d’une génération d’élus aux logiciels et aux pratiques dépassés, davantage préoccupés par la conquête du pouvoir que par notre quotidien.

Trente-cinq ans d’idéologies, de renoncements et de manque de courage ont fait ce que la France est aujourd’hui : un pays qui ne protège plus ses citoyens, qui produit du chômage, des inégalités et une dette qu’il transfère aux jeunes générations.

Je veux remettre la politique et les politiciens à la place qui devrait être la leur, aux côtés de ceux qui agissent, ceux qui entreprennent, ceux qui façonnent nos villes et nos campagnes.

Je veux incarner cette génération d’élus, rassembleurs, connectés avec son temps qui comprend et saisit les enjeux qui feront la France demain, qui perçoit l’innovation, les mutations économiques, technologiques et écologiques comme des opportunités.

Je crois en une société qui valorise l’esprit d’initiative, le travail tout en étant solidaire avec les plus fragiles ; une société ouverte qui, parce qu’elle a confiance en elle, est intransigeante sur ses valeurs, transmet son héritage, sa langue et son histoire.

Ayons conscience que nous avons le pouvoir de redonner de l’ambition à notre pays et de l’espoir à notre jeunesse.

Pour construire demain et après-demain, tout doit partir de Nous. Les 11 et 18 juin 2017, décidons.

Laurent CROIZIER