Image Site Internet 4

Discours de Politique Générale du Premier Ministre


Discours de politique générale de G.Attal: « Affronter pour avancer » 

« Déverrouiller, désmicardiser, affronter les défis plutôt que les subir ». La feuille de route portée par le Premier Ministre redonne du souffle, de l’ambition et de l’exigence à la France.

Il a adressé les cinq priorités d’action de son Gouvernement pour les mois à venir : 

« Désmicardiser pour promouvoir le travail, pour qu’il paie mieux et toujours plus que l’inactivité »

  • Nouvelle baisse d’impôt pour les classes moyennes de 2 milliards d’euros ; 
  • Réforme sur les bas salaires ;
  • Conditionnement du RSA à 15 heures d’activité hebdomadaires sera généralisé dans toute la France ; 
  • Simplification administrative pour les TPE et PME. 

« Nous allons réarmer nos services publics, ils ont toujours été une fierté, ils doivent le redevenir »

  • Accélération du passage de 6 000 à 10 000 assistants médicaux ce qui permettra de libérer environ 2,5 millions de consultations par an ; 
  • Régularisation des médecins étrangers sur le territoire ; 
  • Modalités de pénalisation des rendez-vous non honorés ;
  • Projet de loi sur l’aide active à mourrir ;
  • Versement aux infirmières scolaires d’une prime de 800€ et revalorisation de 200€ nets par mois ;
  • Désignation des maires comme responsables de l’attribution des nouveaux logements sociaux d’ici 3 ans. 
  • Financement par l’état de l’accompagnement des élèves en situation de handicap sur leur pause déjeuner. 

« Il faut revenir à un principe simple : tu casses, tu répares, tu salies, tu nettoies, tu défies l’autorité, tu apprends à la respecter »

  • Possibilité de porter plainte en ligne partout sur le territoire ; 
  • Déploiement des Forces d’Actions Républicaines fin février à Maubeuge, Valence et Besançon ; 
  • Doublement de la présence policière dans les rues d’ici à 2030 ;
  • Travaux d’intérêt éducatif pour les mineurs délinquants de moins de 16 ans.

 « Notre agriculture est une force, il doit y avoir une exception agricole française »

  • Doublement des contrôles de la DGCCRF contrôlant l’application de la loi Egalim et redistribution des montants des amendes pour soutenir les agriculteurs ;  
  • Remboursement dès février de 50% de la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques ;
  • Versement des aides PAC avant le 15 mars ; 
  • Lancement d’un plan de contrôle sur la traçabilité des produits pour garantir un commerce équitable ; 

« Nous allons continuer à bâtir ensemble, une écologie populaire où chacun agit à la hauteur de ses moyens »

  • Deuxième projet de loi industrie verte ; 
  • Modernisation du régime de catastrophes naturelles ;
  • Construction d’un nouveau programme nucléaire. 
more
Image Site Internet 4

Dimanche en politique sur la crise agricole

J’étais l’invité, ce dimanche, de l’émission Dimanche en politique pour évoquer la crise agricole.

Si nous voulons, encore, à l’avenir, manger Français, la question du revenu des agriculteurs est centrale. Il faut mettre fin à la course aux bas prix et au partage inéquitable de la valeur. Il faut défendre nos agriculteurs contre la grande distribution.

Il faut faire en sorte que, par son travail, le consommateur ait les moyens d’acheter au juste prix, et pas au prix le plus bas. Cela passe par mieux valoriser le travail, l’effort et un meilleur partage de la richesse. Bien manger ne devrait pas être réservé seulemt à une poignée de privilégiés, cela devrait être accessible à tous.

Nous avons voté des lois Egalim qui obligent à tenir compte des coûts de production. Il faut les faire respecter et appliquer des pénalités à ceux qui ne les respectent pas. Je propose que ces sommes reviennent dans la poche de nos agriculteurs.

Les agriculteurs me disent, Laurent, on a trop de paperasses, trop de normes. Je refuse qu’on demande à nos agriculteurs de faire des efforts, d’appliquer de nouvelles normes tout en acceptant la concurrence déloyale de produits importés à bas prix qui n’en appliquent aucune.

Je soutiens nos agriculteurs et j’ai confiance en notre Ministre Marc Fesneau qui sait de quoi il parle. Remettons l’agriculture française debout, rémunérons mieux nos agriculteurs en leur achetant leurs produits au juste prix.

more
more
more
Image Site Internet 4

Revaloriser le métier de secrétaire de mairie

Une meilleure reconnaissance du rôle des secrétaires de mairie était indispensable.

La proposition de loi visant à revaloriser le métier de secrétaire de mairie a été adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale.

Ils ou elles, sont les couteaux suisses de nos mairies : lien avec les habitants, rédaction des courriers, rédaction des rapports des conseils municipaux, aide administrative, technique et juridique des élus, le bon fonctionnement de nos communes dépend en grande partie de leurs missions.

Ce texte de loi facilite la promotion des secrétaires de mairie de la catégorie C de la fonction publique vers les catégories B ou A, mieux rémunérées et veille à ce que les agents reçoivent, dans un délai d’un an à compter de leur prise de poste, une formation adaptée aux besoins de la collectivité concernée.

Je remercie tous les secrétaires de mairie pour leur travail et leur engagement quotidien au service de nos communes.

more
more
Image Site Internet 4

Mission exigence des savoirs 

L’avenir de nos enfants et celui de notre pays se construit à l’école.

Oui, Il y a urgence à élever le niveau et l’exigence de l’école, oui il y a urgence à restaurer l’autorité des professeurs, c’est mon combat à l’Assemblée Nationale.

Ce sont les propos que j’ai tenu, en commission des Affaires Culturelles et de l’Education, lors de l’audition des coordinateurs de la mission “Exigence des savoirs” lancée par le Ministre Gabriel Attal en octobre dernier. 

Je déplore les années durant lesquelles certains, notamment à gauche, ont considéré les savoirs fondamentaux et la culture générale inutiles. Ils ont brisé l’ascenseur social et désespéré les enfants des classes les plus défavorisées.

Nous ne réussirons aucun des enjeux sociétaux sans ambition pour notre jeunesse, sans exigence pour la transmission des savoirs fondamentaux, sans restaurer l’autorité pédagogique des enseignants. 

Que tous ceux qui pensent que les professeurs ne travaillent pas assez, sont suffisamment rémunérés ou considèrent que c’est un métier facile, passent le concours et enseignent ne serait-ce qu’une semaine dans une école maternelle, primaire, dans un collège ou un lycée.

Nous n’avons pas seulement une obligation de moyens mais une obligation de réussite.

J’ai souhaité, durant cette audition, insister sur le collège, parfois décrit comme un tunnel où les élèves en difficulté ne réparent pas les lacunes accumulées, et où les meilleurs élèves n’exploitent pas pleinement leur potentiel.

Je défends l’idée d’un collège modulaire qui n’est en rien une remise en cause du collège unique mais la remise en cause d’un collège à l’organisation trop uniforme, incapable de s’adapter aux profils, difficultés et réussites de chacun des élèves. 

Comment est-il possible d’adapter dans les collèges français, l’exemple des pays du nord de l’Europe, réputés pour la qualité de leur système éducatif, pour le respect des différences et des rythmes de chacun ? 

more
Image Site Internet 4

Nomination de Gabriel Attal au poste de Premier ministre 

J’adresse mes plus sincères félicitations à Gabriel Attal, nommé Premier ministre par le Président de la République. 

L’Éducation nationale perd un excellent ministre mais la France gagne un Premier ministre très prometteur. 

J’ai travaillé à ses côtés ces 6 derniers mois et je sais que son dynamisme, son autorité et son franc-parler feront bouger les lignes. 

Gabriel Attal est à la hauteur des attentes des Français pour répondre aux défis qui se présentent devant nous : le pouvoir d’achat, l’éducation, le dérèglement climatique, l’emploi et la sécurité. 

more
Capture D’écran 2023 12 04 à 10.56.05

Le streaming doit participer au financement de la filière musicale

Il n’y a aucune raison que le streaming ne participe pas, avec les salles de spectacles, au financement de la filière musicale.

En commission des Affaires culturelles et de l’Education, j’ai interrogé Christopher Miles, Directeur général de la création artistique sur le financement de la filière musicale et les revenus du streaming. 

Il m’apparaît totalement anormal que le financement actuel du Centre National de la Musique repose essentiellement sur les salles de spectacles dont nous connaissons les difficultés actuelles et dont le maillage est indispensable à l’ouverture culturelle de nos territoires.

Je suis favorable à une contribution obligatoire pour les plateformes de streaming musical. 

Fin novembre, le Sénat a voté en faveur de sa mise en place afin d’abonder le budget du Centre National de la musique d’environ 15 millions d’euros par an. 

A ce titre, j’ai souhaité connaître la position de Christopher Miles sur cette contribution streaming et savoir si cette proposition permet d’assurer l’équilibre du Centre National de la Musique.

more