2022
mai
more

Ordre du jour du conseil communautaire du Grand Besançon (mars 2022)

Depuis 2014, je propose aux Bisontins et Grands Bisontins de contribuer aux réflexions du conseil municipal de Besançon et du conseil communautaire du Grand Besançon.

Si vous souhaitez apporter une analyse ou formuler une proposition sur l’un des dossiers, n’hésitez pas à me contacter et vous inscrire à la lettre d’information de mon journal.

Voici l’ordre du jour du prochain conseil communautaire du Grand Besançon :

more

Enquête publique: Exprimez votre soutien à l’aménagement de la RN57 entre Micropolis et Beure

Je me suis fortement engagé avec Jean-Paul MICHAUD, Maire de Thoraise et vice-président du Grand Besançon Métropole, en faveur de l’aménagement de la RN57 entre Micropolis et Beure: tractage, pétition en ligne, courrier à Mme la Ministre en charge de la Cohésion des Territoires, discussion avec son cabinet, intervention devant mes collègues maires du Grand Besançon.

Nous approchons désormais de la déclaration d’utilité publique et de la mise en compatibilité du Plan Local d’Urbanisme de Besançon.
Pour cela, une nouvelle enquête publique se déroule du 28 février 2022 au 31 mars 2022.

Il vous est proposé de vous exprimer en cliquant sur ce lien :

https://www.doubs.gouv.fr/Politiques-publiques/Amenagement-du-territoire-Construction-Logement-et-Transports/Amenagement-et-developpement-durables/Enquetes-publiques/Autres-enquetes

Je mets à votre disposition cette synthèse que nous avons rédigée pour vous donner les éléments les plus importants du dossier :
http://www.laurentcroizier.fr/wp-content/uploads/2022/03/Synthese_EnquetePublique_RN57-fusionne.pdf

Si nous nous sommes engagés dans la vie publique, c’est pour accompagner les projets qui améliorent la qualité de vie des habitants de nos communes, développer l’attractivité de notre territoire et répondre à la nécessité environnementale.

Les embouteillages entre Micropolis et Beure ont tous les jours d’énormes répercussions pour les Bisontins et les habitants des communes périphériques.

Pas une semaine ne se passe sans que nous soyons interpellés par des habitants exaspérés par cette situation.
Les parcours d’évitement créent de la circulation, de la pollution et des nuisances dans des zones d’habitation qui ne sont pas prévus pour cela, l’accidentologie sur les parcours est élevée et les embouteillages durant les heures de pointe induisent du stress et du temps inutilement perdu.

Ce projet d’aménagement répond à la demande citoyenne. Il est synonyme de moins d’embouteillages, de moins de pollution, de plus de sécurité.

Il est important pour nous de raisonner dans la réalité de ce que vivent les habitants de nos communes, avec leurs contraintes, sans idéologie ni dogmatisme.

Ce projet prend en compte les impératifs environnementaux.

Un tiers du budget du projet est consacré au développement des modes alternatifs à la voiture, transports en commun, pistes cyclables et voies piétonnes, ainsi qu’à la préservation de la biodiversité.

Il est un exemple concret de l’écologie que nous défendons. Une écologie de bon sens, qui considère toutes les contraintes de la vie quotidienne sans opposer les modes de transport.

Enfin, avec ce projet, nous faisons le choix de l’attractivité du Grand Besançon.

L’aménagement permet de consolider l’implantation d’entreprises et la création d’emplois. Il renforce nos relations avec la Suisse, qui représentent un fort enjeu de développement pour notre territoire. Il facilite également le tourisme et l’accès aux 130 000 visiteurs annuels du Parc des expositions et de congrès Micropolis.

Laurent CROIZIER, conseiller municipal de Besançon
Jean-Paul MICHAUD, Maire de Thoraise, Vice-Président de Grand Besançon Métropole

more

Election: Stop à l’affichage sauvage qui dégrade notre ville

A chaque élection, les mêmes constats, notre ville croule sous l’affichage politique sauvage.

En qualité de citoyen et de bisontin, l’affichage sauvage m’exaspère. En qualité de responsable politique, je la trouve inacceptable.

Comment peut-on vouloir accéder aux responsabilités et décider sciemment de ne respecter ni le code électoral, ni le code de l’environnement qui régit l’affichage public.

La mairie de Besançon a dernièrement communiqué sur les sanctions à l’égard de ceux qui ne respecteraient pas la règle, je lui demande maintenant d’appliquer les sanctions.

Ces affiches enlaidissent notre ville, elles dégradent l’espace public et occasionnent pour notre collectivité donc pour les Bisontins des dépenses d’argent public pour leur nettoyage alors qu’il existe des espaces réservés.

C’est donc par un courrier que j’ai demandé, une nouvelle fois, à Madame la Maire de Besançon de la fermeté à l’égard de ces dégradations et l’application stricte et immédiate de ces sanctions.

more
more

« Le logement social n’est pas un sous logement »

Voilà pourquoi je me déplace dans tous les quartiers de Besançon, à la rencontre des habitants.

C’était il y a 10 jours, en visitant un Bisontin, locataire d’un logement à Planoise.

Non seulement l’ascenseur était en panne, non seulement les locataires n’arrivaient pas à joindre l’astreinte, mais voici dans quel état de propreté se trouvaient les escaliers alors que le nettoyage est inclus dans les charges !

Depuis quand n’ont ils pas été nettoyés ? Plusieurs mois au regard de leur état.

Depuis ma visite, un nettoyage a été effectué mais il est important que l’entretien puisse être régulier et l’astreinte joignable.

Un courrier auprès du bailleur social est en cours d’écriture.

Le logement social n’est pas un sous logement.

more

« Ce ne sont pas les orientations budgétaires 2022 qui révolutionneront Besançon »

Lors du débat d’orientations budgétaires, la majorité municipale a acté la continuité. Les analyses du contexte financier sont les mêmes, le vocabulaire est le même, les axes politique sont les mêmes.

La continuité peut parfois avoir des vertus. Compte tenu de l’exaspération des habitants et des agents municipaux, elle n’est pas forcément en faveur de Besançon.

Dans le rapport présenté, la critique de l’Etat est omniprésente. L’évolution des dotations est pourtant positive. La suppression de la taxe d’habitation a rendu la ville fiscalement plus attractive et donné du pouvoir d’achat aux Bisontins.

La critique systématique de l’action de l’Etat ne peut en aucun cas devenir l’explication de l’immobilisme et de l’inaction de la majorité municipale.

Commençons par noter les points de convergence.

Tout d’abord la volonté de se mobiliser en faveur des jeunes et des publics fragiles qui ont subi de plein fouet la crise de la covid. C’est un impératif. Nous veillerons à ce que cette volonté se concrétise efficacement et ne soit pas qu’une en-tête de chapitre.

Nous partageons également l’idée qu’il faille investir. L’investissement est vecteur d’emplois. L’endettement est parfaitement vertueux lorsqu’il est maîtrisé.

Investir sur la rénovation des bâtiments publics, investir sur la production d’électricité, travailler sur l’efficacité énergétique des bâtiments c’est bon pour la planète, c’est bon pour les dépenses de la ville.

Je rajouterais simplement que le niveau d’investissement n’est pas « un effort consenti » comme le présente la municipalité mais une obligation tant les bâtiments scolaires, les équipements sportifs, les places des quartiers ont été abandonnés depuis de trop nombreuses années par cette même équipe municipale.

Ces orientations budgétaires démontrent aussi une divergence de fond et des désaccords.

La municipalité se plaint des contraintes budgétaires Or, elle n’a aucune volonté d’accélérer ses prises de décision, se perd dans d’interminables réunions et groupes de travail

Nous pensons que c’est en rendant la machine administrative plus souple, plus efficace, en évaluant les politiques publiques qu’elle se donnera des marges de manœuvres financières.

Sur les axes politiques, nous avons la concrétisation assumée que la sécurité n’est pas la priorité, que l’économie, le commerce ne le sont pas non plus.

Je ne m’explique pas l’absence de volonté politique sur la future cité des savoirs et de l’innovation à Saint Jacques qui est selon moi absolument capital pour le centre-ville et pour Besançon.

Dans les quartiers, les habitants ont le sentiment d’être spectateurs des décisions politiques et dans l’incompréhension devant l’abandon des questions de sécurité.

En conclusion, ce ne sont pas les orientations budgétaires 2022 qui révolutionneront Besançon. L’approche très centralisée, directive, dogmatique nuit à totalement à l’efficacité.

L’autarcie politique et idéologique dans laquelle la municipalité de Besançon s’enferme l’amène à ne plus distinguer le courant, l’accessoire et les sujets à enjeux et plus grave, à se couper des Bisontins.

more

Propos liminaires du conseil municipal du 2 mars : « Nous sommes solidaires du peuple ukrainien »

« Seuls 1200 km séparent notre ville des frontières les plus à l’ouest de l’Ukraine. Pensons tous à la chance que nous avons de vivre en France, dans un Etat de droit, démocratique, souverain et libre.
Ces valeurs sont nos boucliers. Mesurons combien elles sont fragiles et les raisons pour lesquelles nous devons les défendre et les protéger. »

more