2021
mars

Difficultés de stationnement au centre-ville : la colère des riverains et professionnels

La chasse aux automobilistes, sans aucun discernement, que livre la municipalité à Besançon aura pour conséquences de repousser les classes populaires, qui ne peuvent pas se permettre d’être propriétaires d’une place de stationnement, mais aussi les familles, et les actifs, les professionnels de santé et les artisans en dehors du centre-ville.

J’appelle à de la mesure et du discernement. La voiture n’est pas un choix pour certains Bisontins mais une nécessité.

more

« Je ne crois pas en une société de décroissance, je crois en une société où le progrès se partage »

Depuis près d’un an, nous avons un test grandeur nature de ce que produirait une société de décroissance: des faillites d’entreprises, des destructions d’emplois, une augmentation de la pauvreté, de l’isolement, de la malnutrition sans oublier une aggravation des inégalités.

Voilà en quelques mots les raisons pour lesquelles, je ne crois pas à une société de décroissance ou de repli sur soi.

Je crois à une société où le progrès se partage et l’humain est au centre.

Je tiens à la solidarité et au partage des richesses, mais pour les partager, encore faut-il tout d’abord les créer.

Je pense qu’une politique sociale efficace, est la combinaison entre une politique de l’emploi assumée qui permet à chacun de devenir autonome et de s’insérer dans la société, une politique d’éducation qui offre les moyens de se construire un futur et de casser les inégalités et enfin une politique de proximité et d’inclusion, qui renforce l’unité et les liens qui font que nous avons ensemble un projet commun.

Sans cette création de richesse, personne n’a les moyens de ses ambitions, ni les moyens d’engager des politiques de solidarité, ni les moyens d’engager cette transition environnementale qui nous devient impérative.

more
more

« Il y a un fort enjeu social à proposer un grand plan anti isolement à Besançon »

Une ville, ce sont d’abord des liens humains, des moments d’échanges et de partage.

J’étais déjà intervenu en décembre pour exprimer mon inquiétude sur la situation sociale et dire à quel point la pauvreté gagnait du terrain, des plus fragiles jusqu’aux personnes qu’on pensait à l’abri.

> voir ici : http://www.laurentcroizier.fr/la-crise-sanitaire-se-double-plus-que-jamais-dune-crise-sociale

Dès la sortie de la période difficile que nous traversons, il sera très important de lutter contre le fléau de l’isolement.

On a là un sujet qui touche toutes les catégories d’âge et toutes les couches sociales, des plus jeunes privés malheureusement de leurs activités sportives ou culturelles , aux étudiants dont les journée se résument à des visio-conférences, aux actifs et retraités qui s’isolent pour limiter les risques de contracter le virus.

Il y a, je pense, un fort enjeu social, sociétal même, à proposer un grand plan anti isolement à Besançon. C’est ma proposition.

Donnons-nous cette ambition collective de penser au quotidien la place des personnes isolées, de raviver le lien social abîmé par la covid, en mobilisant les services de la ville, les associations et les habitants eux-mêmes.

more

Notre amendement garantissant la transparence d’un comité local en santé refusé par EELV, PCF et PS

La municipalité de Besançon souhaite mettre en place un nouveau groupe d’experts dans la domaine de la santé.

Nous déplorons le flou et l’imprécision du dossier qui nous a été présenté quant au rôle dédié à ce comité local de santé publique.

Si c’est pour vous venir en soutien du service Hygiène santé dans les écoles, les crèches, en faveur des conditions de travail des employés municipaux ou proposer des précautions anti-covid, nous y sommes favorables.

Par contre si c’est pour démultiplier les couches administrative là où il faudrait les simplifier, pire pour organiser un circuits parallèles de décision, à l’image du groupe d’experts des Vaîtes, alors nous exprimons de la vigilance et des réserves.

Les premiers mois de mandat nous fait craindre que ce comité local de santé publique ne devienne un instrument politique.

Afin d’assurer la sincérité et la transparence de la démarche, nous avons besoin de davantage de garantie sur les nominations des membres de ce comité local de santé publique au sein de la ville de Besançon.

C’est la raison pour laquelle nous avons déposé un amendement et proposé que les membres soient nommés par Mme la Maire non plus sur proposition du service Hygiène-Santé de la ville mais sur proposition de leurs pairs, c’est-à-dire les conseils départementaux des ordres de santé, les syndicats professionnels, les associations de soignants et que les usagers soient impliqués.

Notre amendement est repoussé, ce qui démontre une fois encore la relation compliquée de cette majorité avec la transparence nécessaire à la confiance.

more

Mission gouvernementale sur le rebond économique à Besançon

Ravi d’accueillir mon ami Jean-Noel Barrot à Besançon et dans le Doubs dans le cadre de sa mission d’accompagnement du rebond économique territorial.

Jean-Noël Barrot, a été chargé par le Premier Ministre d’identifier les fragilités territoriales et de formuler des propositions.

Interview Est Républicain du 11/02/2021
Le Doubs, dit-il, « dispose de grandes forces mais il faut éviter que ces atouts ne deviennent des faiblesses ». Il cite les entreprises du secteur microtechnique « qui avaient fait l’effort de se diversifier dans l’aéronautique », domaine aujourd’hui durement touché par la crise, ou encore le tourisme, lui aussi percuté par la pandémie. « Et puis, il y a la frontière qui est, en général, un véritable atout économique mais, là, la crise va impacter l’activité en Suisse et cela pose la question des conséquences de notre côté de la frontière ». Bref, des sujets de « vigilance » et un rapport national qui devra être rendu fin juin : un diagnostic et des préconisations.

more

« Vous engagez les policiers municipaux dans des missions sans leur donner de consignes précises »

La police municipale et les forces de sécurité de l’Etat ont vocation, dans le respect de leurs compétences respectives, à intervenir sur la totalité du territoire de la commune.

Il s’agissait de renouveler conformément aux dispositions du I de l’article L. 2212-6 du code général des collectivités territoriales, la convention qui précise la nature et les lieux des interventions des agents de police municipale.

En comparaison à la précédente convention, apparait la volonté de retirer tout ce qui pourrait s’apparenter à des missions de « sécurité ».

Là où je suis plus inquiet, c’est sur le flou qui entoure l’opérationnel.
Cette convention est d’une imprécision qui m’apparait inquiétante pour nos policiers municipaux et pour les Bisontins.

La municipalité engage les policiers municipaux dans des missions dangereuses, où elle leur fait porter la responsabilité de prendre des décisions sans avoir eu de consignes précises, sans posséder l’armement qui leur permettrait de se protéger et de protéger les Bisontins.

Et là il y a un grave problème d’insécurité, juridique cette fois, et pour nos policiers municipaux.  

Article 11 du code de déontologie des agents de la police municipale : En cas de crime ou de délit flagrants, l’agent de police municipale doit en conduire l’auteur sans délai devant l’officier de police judiciaire de la police nationale.

Article 19 : L’agent de police municipale est tenu de se conformer aux instructions du maire

Il n’y a pas d’instruction claire de la Maire à Besançon et pas plus de son adjoint sur la définition des missions de nos policiers municipaux.

Quelles sont les consignes lorsqu’un policier municipal, en cas d’extrême danger, doit choisir entre protéger les citoyens et protéger sa vie ? Aucune réponse à ce jour.

more

Ordre du jour du conseil municipal de février 2021

Depuis 2014, je propose aux Bisontins et Grands Bisontins d’apporter leur contribution.

Si vous souhaitez apporter une analyse ou formuler une proposition sur l’un des dossiers de ce conseil, n’hésitez pas à prendre contact et/ou vous inscrire sur la page contribution pour les prochains conseils.

Voici l’ordre du jour du prochain conseil municipal de Besançon :

Suivre les conseils municipaux de la ville de Besançon en direct:
http://ville-de-besancon.avinit.tv/

more

Quand Madame Vignot qualifie le caillassage d’un tramway d’incident !

Une fois encore, les actes de délinquance sont minimisés par Madame la Maire de Besançon, évoquant un simple « incident ».

Une panne de tramway est un incident, un groupe d’individus qui molestent des passagers et caillassent la rame n’a rien d’un « incident ». Ce sont des actes de délinquance, condamnables, qui créent de l’insécurité pour les passagers qui aspirent à la tranquillité et à la sécurité.

L’insécurité a cela de sournois qu’elle frappe d’abord les plus fragiles et les honnêtes gens.

Il est temps que Madame Vignot ouvre les yeux et quitte sa posture angélique et idéologique pour des positions plus réalistes, en phase avec ce que vivent les habitants.

Je note, une fois encore, que la vidéo-protection a permis l’interpellation des auteurs alors que Mme Vignot et sa majorité remettent en cause le bien-fondé de cet outil.

more

« Annoncez, Mme la Maire, l’exonération des droits de terrasse pour les bars et restaurants bisontins pour toute l’année 2021 »

Intervention conseil municipal du 28/01/2021

17 gérants de bars et de restaurants, tous fermés administrativement en raison de la crise du covid ont reçu une lettre pour leur signifier la hausse de leur redevance d’occupation du domaine public en 2021.

Devant la polémique, le directeur de cabinet de Mme Maire avait alors précisé qu’il s’agissait d’une erreur « administrative ».

On ne rédige pas un courrier par erreur, il n’est pas lu et signé par un adjoint par erreur, il n’est pas mis sous enveloppe et envoyé par erreur.

Le seul courrier qu’AURAIT dû recevoir l’ensemble des gérants des restaurants ou bars bisontins dès janvier 2021, c’est l’annonce de l’exonération intégrale des droits de terrasse pour l’année 2021.

J’ai donc demandé à Madame la Maire d’annoncer l’exonération des droits de terrasse pour l’ensemble des bars et restaurants bisontins pour toute l’année 2021.

more

« J’alerte sur les conséquences de la suppression de places de stationnement à Besançon »

Intervention conseil municipal du 28/01/2021

Je suis assez inquiet des suppressions de places de stationnement qui semblent s’opérer, de façon systématique, dans la ville au moindre projet de voirie.

Je tiens à alerter sur les conséquences des suppressions de places de stationnement pour les personnes âgées, les commerces, les activités professionnelles, pour les jeunes parents, les actifs…

Tout le monde n’est pas en capacité de se déplacer à vélo ou en transport en commun. Tout le monde n’a pas non plus les moyens d’acheter ou de louer un garage.

La municipalité de pourra pas s’étonner, dans 5 ans des conséquences d’un mode de vie qu’elle aura voulu imposer aux Bisontins, et qui poussé à l’extrême, est totalement déconnecté de la vie réelle.

J’alerte également une nouvelle fois sur le manque de discernement des consignes de verbalisations à l’encontre des professionnels de santé qui pourrait conduire à transformer le centre ville de Besançon en désert médical.

A Paris, il y a quelques jours, des médecins des urgences médicales, ont décidé de ne plus intervenir dans le centre de la capitale, compte tenu je cite « des difficultés de stationnement et du manque d’indulgence de la mairie de Paris concernant les véhicules d’intervention. »

Croyez ou non au hasard, mais l’élu en charge de la voirie à Paris, est un écologiste…

more

« L’insécurité a cela de sournois qu’elle frappe au quotidien d’abord les plus fragiles et les honnêtes gens »

Intervention conseil municipal le 28/01/2021

« On n’en peut plus. Parfois, quand j’ouvre ma porte, je vois les toxicomanes se piquer devant moi, devant mes enfants. Il y a des excréments partout. Ca fait un moment que la situation s’est dégradée. Je dois faire attention où marchent les petits pour éviter qu’ils ne mettent le pied sur une seringue. Personne ne fait rien pour nous ici. »

Ces mots, ce sont ceux d’une locataire de Planoise. Si je me suis engagé en politique, il y a 8 ans maintenant, c’est précisément pour ne pas rester silencieux et indifférent devant cet appel à l’aide.

L’insécurité a cela de sournois qu’elle frappe au quotidien d’abord les plus fragiles et les honnêtes gens. Dans certains quartiers de Besançon, elle détourne l’avenir d’une partie de la jeunesse. C’est pourquoi, elle ne mérite ni angélisme, ni idéologie, ni caricature.

Le droit à la sécurité et à la tranquillité publique, le droit de vivre dans un environnement propre, sans tag ou affichages sauvages, est un des droits les plus élémentaires pour tous les citoyens, dans tous les quartiers de Besançon.

Je salue le discours solide, franc et engagé du Procureur de la République et de M. le Préfet à affronter la délinquance. Tout le monde sait ici que la tâche est difficile.

Mais même si les moyens attribués à la sécurité par le Ministère de l’Intérieur sont à la hausse, la réponse nationale ne peut être, comme vous semblez le penser, l’unique réponse aux problèmes d’insécurité qui pourrissent le quotidien des Bisontins.

Mme La Maire, au même titre que M. le Procureur ou M. le Préfet, vous représentez l’autorité. Vous êtes officier de police judiciaire Pour la fonction à laquelle vous avez aspiré, le mot sécurité ne peut pas et ne doit pas être un mot tabou.

Ne restez pas spectatrice, ne restez pas dans la posture et l’idéologie qui a empêché M. Cypriani de prononcer le mot sécurité.

Cela fait 6 mois que nos courriers de propositions restent sans réponse et que votre silence et celui de l’adjoint nous heurtent profondément.

La situation est malheureusement trop grave notamment dans le quartier de Planoise pour s’accommoder de l’inaction et du silence.

J’en profite pour évoquer la situation du personnel de la Maison des services au public qui est à bout et travaille chaque jour dans la crainte, avec la boule au ventre.

Je ne devrais pas avoir, après 6 mois de mandat, à solliciter une nouvelle fois, ce soir, la réunion urgente du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, que vous présidez.

Il devient urgent que vous deveniez cheffe de file auprès de l’ensemble des acteurs de la sécurité publique. C’est loin d’être le cas malheureusement aujourd’hui.

J’ai entendu M. Poulain partager la position des élus écologistes selon laquelle l’essentiel de l’action doit se porter sur la prévention de la délinquance.

La prévention est importante, elle est même fondamentale. Vous pourrez dépenser des dizaines de milliers d’euros dans des politiques éducatives ou des politiques de prévention, tant que le trafic de drogue, rapportera de l’argent facile, qu’il permettra à un guetteur de gagner en quelques jours ce qu’une personne honnête gagne, au prix d’effort, en plusieurs mois, alors vos efforts louables seront réduits à néant.

more

« Donner un sens genré aux comportements des enfants dans les cours d’écoles est idéologique et dangereux »

A chaque réunion, conseil, commission, groupe de travail, nous avons droit à ce discours moralisateur et idéologique écologiste.

Cette fois, c’est aux cours d’école que les idéologues verts veulent s’attaquer. Seulement les végétaliser ne suffit pas, il faut les « dégenrer ».

Traduction: moraliser les comportements, les terrains de football occupant l’espace central et trop souvent monopolisés par les garçons.

Y-a-t’il beaucoup d’écoles à Besançon où le terrain de football occupe le centre de la cour ? Absolument pas !
N’y a-t-il que des garçons qui jouent au football ? Absolument pas !
Les enseignants laisseraient-ils s’installer dans les cours d’école la loi du plus fort ? Absolument pas !
Les filles se laissent-elles faire ? Absoluments pas !

En tant qu’enseignant en écoles maternelles et primaires, je ne fais aucune différence entre filles et garçons. D’ailleurs, je ne catégorise pas spécialement les élèves que j’ai face à moi. Avant de voir des filles ou des garçons, je vois principalement des enfants.

Ce discours idéologique, qui consiste à donner un sens genré aux comportements des enfants dans les cours d’écoles ou à donner ce même sens genré à la grammaire française qui justifierait cette insupportable et illisible écriture inclusive, m’inquiète très fortement. C’est, selon moi, d’une gravité et d’une dangerosité extrême.

Mois après mois, dossiers après dossiers, les Bisontins découvrent les intentions de la nouvelle majorité et les propositions inquiétantes de Madame Vignot, bien décidée à faire de Besançon le laboratoire de toutes les propositions dogmatiques et idéologiques des écologistes.

more