2017
novembre
more

La capacité d’accueil de nos restaurants scolaires en question

J’apprends ce matin dans la presse que près de 500 enfants ne sont pas accueillis dans nos cantines scolaires, faute de places suffisantes et qu’une famille a porté l’affaire devant le tribunal administratif pour contester le refus d’inscription de son enfant.

Il y a un an de cela, au conseil municipal de novembre 2016, j’évoquais déjà ce problème de capacité d’accueil dans nos restaurants scolaires, bien conscient du problème que cela pose aux familles.

J’avais alors proposé :
 qu’une réflexion s’organise autour de nos capacités d’accueil en restaurant scolaire.
qu’on étudie la possibilité de travailler en relation avec les assistantes maternelles.

Cette réflexion pouvait permettre de mieux anticiper les demandes et résoudre les situations difficiles que rencontrent certaines familles.

Je constate aujourd’hui que non seulement cette situation se répète mais qu’elle prend de l’ampleur.

Quand arrivera-t-on à Besançon à voir plus loin que la simple gestion quotidienne des dossiers?


http://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/10/25/480-enfants-prives-de-cantine

Facebooktwittergoogle_plus
more

Qu’est-ce que la police de sécurité du quotidien dont Besançon a sollicité l’expérimentation ?

Pour lutter contre les incivilités et la délinquance qui gâchent au quotidien la vie des habitants, le gouvernement va expérimenter dans une quinzaine de villes, dès 2018, un dispositif national de police, proche de la population, mobilisé dans les quartiers pour se rapprocher des citoyens.

L’objectif est de lutter contre tout ce qui fait naître les sentiments d’insécurité et qui donne l’image de l’impuissance publique.

La volonté est également de simplifier et rendre immédiates les verbalisations.

L’idée est également de profiter de cette réforme pour redynamiser les partenariats locaux de sécurité et de prévention, et de mieux associer les polices municipales à la politique de sécurité.

Plusieurs villes dont Besançon se sont déjà portées candidates à l’expérimentation.
Je soutiens évidemment cette demande formulée auprès du Ministre de l’Intérieur qui va vers plus de présence policière dans les quartiers.

J’étais intervenu dans ce sens lors du conseil municipal du 14/09/2017 en faisant les propositions suivantes :

 Reconquérir l’espace public : présence policière et propreté
Redéfinir les missions, les horaires et revoir l’équipement de notre Police Municipale
Construire des partenariats innovants entre policiers et habitants
Prévenir par l’éducation

Facebooktwittergoogle_plus
more

Kéolis reprendra la gestion du réseau de transports en commun Ginko à partir du 1er janvier 2018

L’offre de Kéolis n’a pas soulevé un grand enthousiasme hier au conseil d’agglomération du Grand Besançon : offre kilométrique en baisse, contribution forfaitaire à la hausse, augmentation tarifaire et baisse d’effectif à prévoir. Le nouveau délégataire prévoit toutefois une fréquentation en hausse. Sur les 7 ans à venir, l’agglomération bisontine versera une contribution moyenne de 23,6 millions d’euros par an.

J’ai fait le choix de m’abstenir sur le choix de Kéolis comme nouveau délégataire et d’exprimer lors de mon intervention mes inquiétudes et mes interrogations sur les prévisions de fréquentation et l’organisation du réseau.

Kéolis présente effectivement l’engagement de fréquentation le plus élevé avec une moyenne annuelle de 27,1 millions de voyages par an. C’est 1,8 millions de voyages supplémentaires que l’offre de l’ancien délégataire Transdev.

Souvenons-nous que Transdev avait aussi tablé lors du dernier appel d »offre sur une augmentation de la fréquentation et que les déficits d’exploitation ont engendré des sous-effectifs, des services non assurés et au final une dégradation directe du service pour l’usager. Il faut savoir que certains jours, plus d’une dizaine de services sont vacants.

A la lecture des 1240 pages du dossier, il y a des avancés sur la lisibilité du réseau mais je reste dubitatif sur sa structuration.

Points positifs, la lisibilité du réseau est meilleure et le projet semble ambitieux concernant l’intermodalité.

Premier et dernier départ identiques à l’année, la mise en place de renforts de tram entre la gare et Chamars, l’augmentation de l’offre les jeudis, vendredis et samedis soirs, la création de garages à vélo et une plateforme de type blablacar, c’est un vrai plus pour la ville.

Je suis perplexe sur la proposition de structuration du réseau et sur la façon dont Kéolis conçoit la complémentarité entre Tram et bus.

Kéolis a cette logique de rabattre des lignes de bus structurantes sur le tram, ce qui a pour conséquence la réduction du nombre de lignes de bus allant directement au centre-ville. De 5 lignes actuellement, seules 3 lignes iront au centre-vile.

Nous avons pourtant l’expérience de l’actuelle ligne 10 qui en passant par la place du 8 septembre a vu sa fréquentation augmenté immédiatement de plus de 10%.

Les quartiers non déservis par le Tram doivent garder leur lien direct vers le centre-ville.

Rabattre les lignes structurantes sur le Tram augmente certes sa fréquentation mais pas celle du réseau dans sa globalité.

Qui veut prendre un bus qui s’arrête à Chamars ou un bus qui mène à un tram qui mène à Chamars quand en voiture on met un temps identique ou plus faible pour se rendre directement au parking de la Mairie ou au Parking Pasteur soit directement dans l’hyper-centre !

Dans un tel dispositif, la qualité du maillage et des correspondances est essentiel, rien ne montre qu’il a fait l’objet d’un traitement particulier.

En heure creuse, nous avons une ville qui se traverse assez rapidement. Il arrive aujourd’hui que le temps d’attente lors des correspondances soient égal ou supérieur au temps de trajet.

Cela n’incite pas à devenir usager des transports en commun.

Le réseau a totalement été restructuré avec l’arrivée du Tram, ce qui a obligé les usagers à s’adapter. Doit-on repartir à nouveau sur une refonte globale qui aura sa phase d’expérimentation et de réajustement ou sur un consolidation de l’existant ?

La qualité d’un réseau se mesure à sa stabilité dans le temps, sa fiabilité, sa ponctualité.
C’est la meilleure façon d’encourager les Bisontins à délaisser la voiture.

Facebooktwittergoogle_plus
more
more
more

Centre commercial des Marnières : le second projet retoqué

La commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) a remis un avis défavorable au 2nd projet de 9 000 m² de magasins sur la zone des Marnières, autour de Brico-Dépôt, qui venait s’ajouter à l’extension en cours de construction portée par le groupe Carrefour.

Je ne suis ni un défenseur ni un opposant dogmatique aux zones commerciales mais il faut bien reconnaître que les habitants de la zone Est de l’agglomération bisontine sont très mal lotis.

La zone commerciale des Marnières (Thise-Chalezeule), malgré des aménagements récents, n’est pas encore commercialement attractive. Et l’accès aux autres zones commerciales ou au centre-ville n’est malheureusement pas des plus simples.

Personne ne doute de l’étude de la viabilité par les investisseurs de cette nouvelle extension, il serait intéressant de savoir si la CDAC, pour donner un avis sérieux et pragmatique, possédait une étude d’impact ou s’il s’agit d’une décision purement politique.

Quel serait l’impact de cette nouvelle extension sur les déplacements, sur le commerce du centre-ville de Besançon, sur l’emploi dans les autres zones, sur l’attractivité globale du bassin bisontin ?
Quels sont les habitudes de consommation des habitants de ce secteur, où font-ils leurs achats (au centre-ville de Besançon, dans les autres zones bisontines, sur Internet) ?

Je me pose d’ailleurs la question de savoir si cette extension aurait été proposé si le contournement Est de Besançon avait été réalisé ?


http://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/10/14/centre-commercial-projet-retoque

Facebooktwittergoogle_plus
more

Mes positions de vote au conseil municipal du 12/10/2017

CONSEIL MUNICIPAL - 12/10/2017POSITIONS DE VOTE
1. Désignation d'un secrétaire de séance - Approbation du Compte Rendu de la séance du Conseil Municipal du 14 septembre 2017
2. Conseil Municipal - Installation d’un nouveau Conseiller Municipal
3. Conseil Municipal - Election d’un nouvel Adjoint
4. Conseil Municipal - Commissions et représentations - ModificatifsPOUR
5. Délégation du Conseil Municipal accordée au Maire pour accomplir certains actes de gestion courante - Bilan des décisions prises dans le cadre de l'article L 2122-23 du Code Général des Collectivités TerritorialesPOUR
6.  Consultation citoyenne sur les rythmes scolairesPOUR
Intervention « La réforme des rythmes scolaires avait pour objectif d’améliorer les apprentissages, elle s’est transformée en réforme des activités périscolaires »
ÉDUCATION
7. Personnel Communal - Convention de mise à disposition d'un fonctionnaire de la Ville de Besançon auprès de la Caisse des Ecoles de BesançonPOUR
8. Convention entre la Ville de Besançon et la Caisse des EcolesPOUR
RAPPORTS D’ACTIVITESPas de votes
9. Délégation de Service Public - Réseau Télévision Câblé - Société Numéricâble - SFR - Rapport annuel 2016
10. Délégation de Service Public - Gestion et organisation des structures et projets d'animation en direction de l'enfance et de la jeunesse - Les Francas du Doubs - Rapport annuel 2016
11. Délégation de Service Public - Camping de la Plage - Office de Tourisme et des Congrès - Rapport annuel 2016
12. Délégation de Service Public - Crématorium de Besançon - Société ATRIUM-OGF - Rapport annuel 2016
13. Délégation de Service Public - Casino de Besançon - STTM-JOA - Rapport annuel 2016
14. Délégation de Service Public - Distribution de gaz naturel - GRDF - Rapport annuel 2016
15. Délégation de Service Public - Réseau de chaleur - Société SEVE-ENGIE - Rapport annuel 2016
16. Grand Besançon Habitat - Rapport annuel 2016
17. RAP La Rodia - Rapport annuel 2016
18.  Etablissement Public de Coopération Culturelle Les Deux Scènes - Rapport annuel 2016
19. Etablissement Public de Coopération Culturelle Institut Supérieur des Beaux-Arts - Rapport annuel 2016
20.   Syndicat Mixte Orchestre Victor Hugo Franche-Comté - Rapport annuel 2016
21.   Centre Communal d'Action Sociale - Rapport annuel 2016
22.   Micropolis - Rapport des élus administrateurs - Année 2016
23.   SAIEMB Logement - Rapport des élus administrateurs - Année 2016
24.   SedD - Rapport des élus administrateurs - Année 2016
25.   SPL Territoire 25 - Rapport des élus administrateurs - Année 2016
26.   Aktya, l'Immobilier d'Entreprises du Grand Besançon - Rapport des élus administrateurs - Année 2016
FINANCES - RESSOURCES BUDGETAIRES
27.   Exercice 2017 - Cotes et produits irrécouvrables - Admissions en non-valeur et abandons de créancesPOUR
RELATIONS AVEC LES USAGERS
28.   Prise de compétence - Gestion des Pactes Civils de Solidarité (PACS)
RESSOURCES HUMAINES
29.   Personnel communal - Recrutement d'un directeur de la Citadelle-Patrimoine mondial de l'UNESCOPOUR
30.   Personnel communal - Convention de mise à disposition d’un fonctionnaire de la Ville de Besançon auprès du Syndicat d’Adduction d’Eau Potable Grandfontaine - Montferrand-le- Château - Velesmes-EssartsPOUR
CULTURE - TOURISME
31.   Partenariat entre des étudiants italiens et la CitadellePOUR
32.   Bibliothèques et Archives - Signature d'une convention avec la ville de MunichPOUR
33.   La Rodia - Extension de la jauge de la grande salle - Amélioration de l’acoustique - Demande de subventionPOUR
34.   Tarifs 2018 de la redevance d'utilisation des documents conservés au Musée de la Résistance et de la DéportationPOUR
SPORTS
35.   Complexe sportif des Torcols - Réalisation d’un équipement mutualisé pour les sports et cultures urbaines - Demande de subventionsPOUR
36.   Complexe sportif du Rosemont - Création de vestiaires et salle de convivialité - Demande de subventionsPOUR
PETITE ENFANCE
37.   Restructuration de l'Etablissement d'Accueil du Jeune Enfant de Montrapon - Demande de subventionsPOUR
SECURITE ET TRANQUILLITE PUBLIQUE
38.   Développement de la vidéoprotection sur la commune - Phase VI-2017 - Complément au déploiement de la Phase VI - Demande de subvention au titre du Fonds Interministériel de Prévention de la DélinquancePOUR
39.   Etablissement d’un protocole tripartite dans le cadre de la mise en place du Rappel à l’OrdrePOUR
EAU et ASSAINISSEMENT
40.   Signature des conventions de déversement d'effluents non domestiquesPOUR
MAITRISE DE L’ENERGIE
41.   Création d'un outil de portage de projets d'Energie Renouvelable - Convention de cofinancement d'études avec la Caisse des DépôtsPOUR
VOIRIE
42.   Eclairage Public - Programme de travaux complémentaire d'économie d'énergie - Demande de subventions au SYDEDPOUR
43.   Classement dans le domaine public des routes départementales RD 70 et 683 dans les secteurs Léo Lagrange, Gibelotte, rue Voirin, Place Leclerc et avenue de la PaixPOUR
ENVIRONNEMENT/DEVELOPPEMENT DURABLE
44.   Acquisition d’un troupeau de chèvres «débroussailleuses» par la Ville de BesançonPOUR
45.   Projet de cofinancement d'une étude menée par le Conservatoire des Espaces Naturels de Franche-Comté (CEN-FC) pour la gestion des pelouses sèches sur les collines de la vallée du DoubsPOUR
URBANISME - GRANDS TRAVAUX
46.   Cession d'un terrain à la SCI LAURANNE, rue Jean-Baptiste Weibel à NovillarsPOUR
47.   Cession d'un délaissé de voirie au profit de M. SERTOUT Matthieu et de M.SERRI Sylvain dans l’ensemble immobilier Complexe de la City, 7 avenue Louise MichelPOUR
48.   Vente par Néolia de 60 appartements et 48 garages, quartier Saint-Claude à BesançonPOUR
49.   Chemin des Echenoz de Velotte - Acquisition aux Consorts LIARETPOUR
50.   Cession d’un immeuble communal sis 33, rue Fabre au profit de la Société AB-INVEST - Déclassement du domaine publicPOUR
SUBVENTIONS : ATTRIBUTION, ENCAISSEMENTS
51.   Subventions à des associations sportivesPOUR
52.   Versement d'une subvention à l'association L’Aqueduc d'Arcier - patrimoine historiquePOUR
53.   Vie étudiante - Nuit des Etudiants du Monde (NEM) – SubventionPOUR
54.   Animations commerciales et artisanales - Attribution de subventions et signature d'un avenant à la convention avec l’Office de Commerce et de l’ArtisanatPOUR
Facebooktwittergoogle_plus
more

« La réforme des rythmes scolaires avait pour objectif d’améliorer les apprentissages, elle s’est transformée en réforme des activités périscolaires » – intervention conseil municipal de Besançon du 12/10/2017

L’expression qui me vient à l’esprit à propos de la réforme des rythmes scolaires, c’est quel gâchis !

Quand je pense à tous les efforts, toute l’énergie déployée par les communes pour mettre en place cette réforme…

Comment a-t-on pu se poser une question aussi essentielle que celle des rythmes des enfants à l’école sans jamais appliquer une méthode rigoureuse pour apporter les réponses adéquates ?

La réflexion initiale était pourtant partie de constats qui étaient justes: d’une part que l’organisation du temps scolaire n’était pas fondée sur les rythmes biologiques des enfants (journées chargées et un nombre de jours de classe inférieur à la moyenne de l’OCDE) et d’autre part que la France est la championne des inégalités à l’école.

Un quinquennat et 3 ministres plus tard, on se retrouve avec un dispositif national dans lequel les enfants passent davantage de temps à l’école, où on ne fait aucune distinction entre un élève de maternelle de 2 ans et un élève de 10 ans qui rentre au collège et dans lequel un enfant dont l’un des parents est sans emploi ne peut accéder aux activités périscolaires ! Le tout en omettant qu’aucun parent n’est en capacité de récupérer son enfant à 15h45 !

La réforme des rythmes scolaires avait pour objectif d’améliorer les apprentissages, elle s’est transformée en réforme des activités périscolaires.

Elle n’a été fondée sur aucune expérimentation et aucune modalité d’évaluation n’a été prévue. Par conséquent, personne n’est en capacité de dire quel est l’impact sur les apprentissages des élèves !

Et cela coûte 2 millions d’euros par an à Besançon, je vous laisse faire le calcul à l’échelle du pays.

Alors donner de la souplesse comme le propose le ministre Blanquer, reconnaître que les territoires ne sont pas uniformes et laisser la possibilité de poursuivre là où cela fonctionne et d’arrêter là où cela ne fonctionne pas me semblent être une mesure de bon sens. Je suis d’autant plus à l’aise de dire cela que je suis favorable au maintien des 4,5 jours mais sous une autre forme.

Sans indicateur venant de l’Education Nationale, sans consensus au sein de la communauté éducative, s’en remettre à une consultation ouverte en l’accompagnant en amont d’une séquence de débats me parait être une sage décision.

J’ai profité à cette occasion pour encourager la municipalité à inviter la chronobiologiste Claire Leconte, qui fait office pour moi de référence dans le domaine et avec qui je m’entretiens régulièrement. Son expérience, son approche rigoureuse et scientifique serait un apport précieux à la réflexion.

La municipalité peut compter sur ma disponibilité pour participer à la consultation citoyenne du 10 décembre.


Facebooktwittergoogle_plus
more
more

Visite du bus MAIF Numérique Tour

Visite de la classe numérique mobile du bus MAIF Numérique Tour qui était présent à Besançon sur l’Esplanade des Droits de l’Homme jusqu’à aujourd’hui.

De nombreux dispositifs numériques présentés et testés par des classes bisontines (tableaux interactifs, tablettes, ordinateurs, imprimante 3D…) au service des apprentissages.

Le numérique pour collaborer, apprendre, dialoguer, concevoir, fabriquer…

Facebooktwittergoogle_plus
more
more
more

Convention de mécénat entre l’association PARI et la fondation SNCF pour découvrir les usages numériques

L’association PARI n’est jamais à court d’idées pour diversifier ses projets.

   Là où beaucoup se seraient contentés d’accompagnement à la scolarité dans le quartier de Planoise, l’association du président Alain Pugin réussit à donner du sens à cet accompagnement par l’éveil à la culture (ateliers de pratique, sorties culturelles…), par un soutien à la parentalité et par la citoyenneté (débats, visites d’institutions…).

C’est avec plaisir que j’ai assisté à la signature de la convention de mécénat entre l’association PARI et la fondation SNCF dont le but est de financer des ateliers de découverte des usages numériques, fruit d’un autre partenariat entre l’association PARI et FabrikaWeb.

Au programme: ateliers de codage, robotique et électronique, modélisation et impression 3D, éducation aux médias et sensibilisation à la propriété intellectuelle.

De quoi susciter des vocations et rendre les enfants acteurs du numérique au lieu de simples consommateurs.

Facebooktwittergoogle_plus
more