more

« La ville de Besançon ne réalisera pas la transition écologique, seule, sans l’adhésion des citoyens, sans une méthodologie solide, sans une volonté de transparence et sans un effort conséquent de dialogue »

La décision de fermeture du Pont de la République est symptomatique d’une méthode écologiste qui, en cas d’échec, pourrait alimenter la défiance envers la transition écologique.

Tout le monde souhaiterait que la piétonnisation du Pont de la République puisse rendre plus agréable l’accès au centre-ville. Oui, tout le monde !

Seulement, c’est ce sentiment d’improvisation, ce sentiment d’une politique au doigt mouillé et cet impensable volonté d’imposer un projet sans dialogue avec les riverains et les commerçants qui alimentent les craintes et les inquiétudes.

Le bon sens aurait voulu, tout d’abord une phase d’étude sur une refonte totale du plan de circulation à minima du secteur centre-ville et de sa périphérie, en parallèle d’une consultation des usagers, des habitants, des riverains et des commerçants, puis une phase d’expérimentation pour enfin, si les résultats sont satisfaisants, arriver à la phase de travaux et de réalisation.

La méthode Vignot, c’est « J’hésite longtemps, je décide seule et on verra ensuite « .

Mais où est le bon sens ? Où est la bonne gestion de l’argent public ? Où est la volonté de mieux faire cohabiter les différents modes de transport dans un secteur aussi contraint que le centre-ville ?

Cette méthode qui consiste à contraindre particulièrement les automobilistes sans proposer d’alternative, sans vision globale sur la ville, crée depuis 18 mois un niveau d’exaspération jamais connue auprès de beaucoup d’habitants, de commerçants, d’artisans ou encore de professionnels de santé…

La municipalité ne mesure pas toutes les conséquences de ses propres décisions sur l’attractivité de la ville, sur l’offre de santé au centre-ville ou encore les tarifs des devis des artisans appelés à y intervenir, pour ne prendre que ces quelques exemples.

Elle oublie un élément fondamental. Bon nombre d’habitants n’ont pas d’autres choix que d’utiliser leur voiture : les personnes âgées, des mères de famille, les artisans, les commerciaux, les professionnels de santé, les clients des commerces…

Tout le monde n’habite pas au centre-ville de Besançon. Tout le monde n’est pas en capacité d’enfourcher un vélo.

L’action politique municipale ne peut pas faire comme si toutes ces personnes n’existaient pas !

La ville de Besançon ne réalisera pas la transition écologique, seule, sans l’adhésion des citoyens, sans une méthodologie solide, sans une volonté de transparence et sans un effort conséquent de dialogue.
Décider à la place des habitants ce qui est bon pour eux ne fonctionne pas.

C’est valable à Besançon comme partout ailleurs !

more

Réaménagement de la Place du Jura : l’association Conviviacité publie une lettre ouverte à Mme la Maire de Besançon

Je publie ici la lettre ouverte de l’association Conviviacité regroupant habitants, artisans, commerçants situés autour de la place De Lattre de Tassigny (place du Jura).

Toutes les démarches pour être associés aux travaux de réaménagement de la place sont restées étonnamment infructueuses.

Devant l’incompréhensible refus de la municipalité de construire un véritable dialogue avec les habitants, les commerçants, les artisans, les professionnels de santé… l’association a décidé d’écrire une lettre ouverte à la Maire de Besançon pour demander :

  • La désignation d’un référent politique et/ou technique identifié par tous
  • La mise en œuvre d’un groupe de travail réunissant toutes les parties prenantes et dont les ordres du jour et le rythme de travail seront co-construits.
  • Une véritable analyse des « besoins et usages » actuels et des usages futurs après l’aménagement.
  • La communication des plans des travaux prévus (et non pas de simples esquisses)
  • La communication de l’ensemble des données du projet.

L’attitude de fermeture et l’absence de méthode de la municipalité m’apparaissent une nouvelle fois tellement déconnectées.

Comment, en 2022, imaginer que le dialogue et la concertation avec les premiers concernés ne sont pas des préalables à tous projets ?

Quels risques prennent les élus à permettre aux citoyens de contribuer, si ce n’est leur donner envie de croire en la démocratie locale et les rendre acteurs et fiers de leur ville ?

Je note ici les mêmes dysfonctionnements que pour le projet de fermeture du pont de la République aux automobiles décidé sans débat, sans concertation ni expérimentation.

La municipalité ne peut pas décider, seule et à leur place, ce qui est bon pour les habitants !

Je relaierai évidemment les demandes de l’association Conviviacité dans un courrier que j’adresserai à Madame la Maire de Besançon dans les prochaines heures tant elles me paraissent légitimes et élémentaires.

more

Réunion publique Sécurité à Planoise: « Comme si la police municipale n’existait pas… »

Ce sont environ 150 personnes qui se sont déplacées au gymnase du collège Diderot ce mardi 1er février pour assister à la réunion publique sur les sujets de tranquillité publique et de sécurité sur le quartier Planoise en présence du Préfet du Doubs, du Procureur de la République, du commissaire divisionnaire et de la Maire de Besançon.


Les habitants expriment leurs craintes et leurs exaspérations devant les incivilités et l’insécurité dans le quartier Planoise.

« Nous attendons plus que des réunions publiques. »
« Arrêtez de penser ce qui est bien pour nous, écoutez-nous. »
« Nous attendons des réponses aux courriers que nous envoyons à Madame la Maire. »


Le préfet donne les objectifs : moins de stupéfiants, moins de rodéos, moins d’incivilités.

« Nous savons que tout ne va pas bien. La situation est complexe. Celui qui vous dira à la sortie de la salle, j’ai une solution pour résoudre tous les problèmes de Planoise en quelques mois, ne dit pas la vérité. Cependant, oui nous avons une obligation de résultat » martèle le Préfet.


Une bonne nouvelle : des effectifs de policiers nationaux en hausse

Depuis 2017, les effectifs de police sur la circonscription de sécurité publique Besançon ont augmenté de 40%. Dans la circonscription, Ce sont 84 policiers supplémentaires.

« Nous voulons engager une culture du compte rendu. » Le commissaire divisionnaire annonce une présence renforcée de la Police Nationale sur le quartier.

Le Préfet annonce un nouveau point sur la sécurité avec les habitants le 1er juillet.


Comme si la police municipale n’existait pas…

La maire est l’autorité de police administrative au nom de la commune. Elle possède des pouvoirs de police générale lui permettant de mener des missions de sécurité , tranquillité et salubrité publiques. Pourtant pas un mot sur les actions de la police municipale.

Il a fallu attendre la question de deux habitants pour qu’enfin l’adjoint à la sécurité prenne la parole. Selon lui, la sécurité n’est pas une mission de la police municipale. Ce qui est inexact !

Aucune information transmise aux habitants de Planoise sur le rôle et les missions de la police municipale, sur ses actions. Comme si la police municipale n’existait pas !


J’ai décidé d’intervenir pour rectifier les propos inexacts de l’adjoint à la tranquillité publique devant les habitants.

La sécurité est bel et bien une mission de la police municipale !

L’article 2212-2 du code général des collectivités territoriales qui régit les missions de la police municipale est très clair: « La police municipale a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. »

La sécurité est donc bel et bien une mission de la police municipale.

M. l’adjoint n’assume visiblement pas de dire publiquement que c’est bien un choix de la municipalité de ne pas engager la police municipale dans des missions de sécurité et dans un travail de forte complémentarité avec la police nationale.
J’ai invité Madame la Maire à travailler dans ce sens.


L’éducation et l’école font aussi partie des conditions d’un retour au calme dans le quartier

J’ai demandé à M. le Préfet et à Madame la Maire de Besançon d’appuyer la demande auprès de l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine pour intégrer dans le programme de rénovation de Planoise la construction d’une nouvelle école.

Il est totalement inconcevable de continuer à Planoise avec des écoles primaires dont les effectifs sont parmi les plus gros du département et sont semblables à ceux de petits collèges.

Merci aux habitants pour les échanges à la fin de la réunion publique.


>> Toutes mes interventions sur le quartier Planoise :
http://www.laurentcroizier.fr/category/vie-des-quartiers/planoise-vie-des-quartiers

>> Toutes mes interventions sur les sujets de sécurité :
http://www.laurentcroizier.fr/category/securite

more

« Ce qui vous a rendu dubitative dans ce documentaire Mme Vignot, c’est la réalité des habitants de Planoise ! »

Ce film dépeint la réalité, un quartier aux problèmes bien réels mais un quartier attachant, solidaire dans lequel j’ai fait de magnifiques rencontres.

Un des fils conducteurs de ce film est le combat d’habitants de Planoise pour sauver la passerelle rouge.

Je les ai soutenu dans leur combat :
http://www.laurentcroizier.fr/category/vie-des-quartiers/planoise-vie-des-quartiers

Mais pour comprendre que cette passerelle était plus qu’un amas de ferraille, qu’elle était un symbole, encore fallait-il simplement prendre le temps de les considérer.

Aux dossiers et à l’idéologie, mieux vaut écouter, comprendre et aimer les gens, tout simplement.

more