2019
février

« Donner la parole aux Bisontins et porter le débat des prochaines élections municipales sur le terrain des idées »

Nous avions annoncé au début de l’automne notre volonté de nous adresser préalablement aux Bisontins et aux Grands Bisontins.

J’ai ainsi le plaisir de vous annoncer la création de la plateforme collaborative « Les Bisontins » qui en quelques clics vous permet de vous exprimer sur des sujets du quotidien.:

  www.lesbisontins.fr


Nos intentions :

✅ Donner la parole aux Bisontins et aux Grands Bisontins parce que leur avis compte.
✅ Porter le débat des prochaines élections municipales à Besançon sur le terrain des idées
✅ Donner l’opportunité à ceux qui n’ont jamais eu d’engagement politique mais qui auraient aujourd’hui la volonté de s’investir de participer au débat d’idées pour Besançon

Elle est le fruit du travail d’une trentaine d’habitants de Besançon et du Grand Besançon parmi lesquels des élus du Mouvement Démocrate (MoDem) mais aussi des citoyens sans engagement politique, investis dans leur activité professionnelle ou auprès du monde associatif.

   Nous voulons, durant le débat des prochaines élections municipales sortir du schéma traditionnel gauche/droite et promouvoir notre vision de Besançon.

Une ville moderne qui simplifie le quotidien, qui se dit fière de ses entreprises, une ville qui tire sa force des initiatives de ses habitants et de ses associations, une ville à l’écoute qui donne à chacun les outils pour construire.

Nous voulons que Besançon soit cette ville où il fait bon entreprendre, étudier, vieillir ou s’engager.

Et vous ?

more

« Ne soyons pas naïfs. Il existe une concurrence territoriale entre Besançon et Dijon. Il va bien falloir l’intégrer et s’y confronter. »

Cette campagne régionale d’auto-proclamation de Dijon comme capitale universitaire de Bourgogne-Franche-Comté sonne comme un avertissement politique.

Nous ne sommes pas tenus de répondre à l’arrogance par l’arrogance mais ne soyons pas naïfs.

   Il existe une concurrence territoriale entre Besançon et Dijon. Il va bien falloir l’intégrer et s’y confronter.

Nos entreprises, nos universités, nos laboratoires de recherche n’attendent pas l’aval politique pour travailler sur des synergies. La réponse la plus pertinente, c’est une orientation politique offensive, une stratégie au service de l’attractivité et des outils efficaces.

   Il est important que nous affirmions concrètement notre agglomération comme un territoire d’innovation et de recherche au fort potentiel économique.

Nous parlons régulièrement du Grand Besançon comme d’un territoire où il fait bon vivre, parlons-en également plus ouvertement comme d’un espace où il fait bon étudier et entreprendre.

Valorisons nos pépites, mettons en avant nos talents. Mettons en place les outils efficaces qui attireront les compétences, répondront aux besoins des entrepreneurs, des universitaires et soutiendront la recherche, le développement et la création d’entreprises.

   Affirmons-nous comme une agglomération d’excellence.

L’innovation dans les domaines de l’industrie, dans le domaine du numérique, dans la recherche universitaire, médicale ou microtechnique, c’est à Besançon que ça se passe.

L’offre bisontine possède des atouts, créons-lui de la valeur ajoutée, donnons-lui de la dimension et une dose de singularité.

   L’essentiel n’est pas d’être complémentaire à Dijon, mais d’être différent et ambitieux afin d’attirer, maintenir et accompagner les talents sur notre territoire.

Laurent CROIZIER
Conseiller Municipal MoDem de Besançon
Conseiller communautair du Grand Besançon

Jean-Paul MICHAUD
Maire de Thoraise
Vice-Président de l’agglomération du Grand Besançon


https://www.estrepublicain.fr/actualite/2019/02/12/bourgogne-franche-comte-une-campagne-de-communication-sur-l-enseignement-superieur-de-dijon-metropole-qui-passe-mal

more

Visite de la cuisine centrale de la ville de Besançon

Chaque année, ce sont plus de 350 familles qui se voient refuser l’accès à la restauration scolaire à Besançon, faute de places suffisantes.

C’est la raison pour laquelle j’interviens régulièrement sur cet épineux problème du manque de capacité d’accueil dans les restaurants scolaires dans les écoles bisontines qui posent de réelles et parfois insurmontables difficultés pour les parents.
Que ce soit pour les parents qui travaillent, comme pour ceux qui sont en formation ou en recherche d’emploi et qui ont besoin d’une solution pour passer des entretiens ou dès lors qu’ils obtiennent des réponses positives. Aujourd’hui, faute de place, la collectivité est dans l’incapacité de leur trouver une solution.

La restauration scolaire, c’est un service public à vocation sociale absolument fondamentale.

Merci à l’équipe de la cuisine centrale de la ville de Besançon et à son directeur Jean-François Rousseau pour la visite et la précision des réponses apportées Rien de mieux que le concret pour engager la réflexion vers de futures propositions pour une meilleure capacité d’accueil dans nos restaurants scolaires et ainsi respecter la loi qui précise que l’inscription à la cantine des écoles primaires est un droit.

La cuisine centrale en quelques chiffres :
– 21 cuisiniers
– 8 chauffeurs, 5 techniciens et une équipe administrative de 3 personnes
– 80 sites à livrer : 65 restaurants scolaires pour environ 5 000 repas et 15 crèches pour 500 repas
– 800 kg de pommes de terre à éplucher pour une seule purée
– 500 kg de viande pour un menu
– l’exigence de ne jamais présenter deux fois le même menu dans l’année et de préparer des plats au maximum faits maison
– approvisionnement bio et local recherché (14% de produits bio locaux + 4% bio non locaux + 12% de produits locaux non bio)

more